mercredi 16 février 2011

Les fruits de la colère : le Vivant ne doit pas être un terrain de jeu financier !

40 millions de personnes supplémentaires ont rejoint en 2010 les rangs des sous-alimentés de la planète du fait de la hausse des prix des denrées alimentaires, ce qui porte le nombre d'affamés dans le monde à 963 millions de personnes, selon les estimations préliminaires de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

L'info du jour hier soir, trente secondes au journal de la nuit.
(regardez cette photo, quel beaux épis... bourrés de Trifluraline, de dibromochloropropane...)

Ici, la flambée spéculative des prix des céréales fit monter à hier 1000 agriculteurs producteurs de porc, Place de Invalides à Paris. Après avoir tenté de se rapprocher de l'Assemblée Nationale, ils furent repoussés par les forces de l'ordre. On "tape" de mille façons sur les esclaves modernes qui nous nourrissent.

(Lire l'article et voir le témoignage d'une agricultrice)

Et ce matin, émission-choc ce matin sur France-Inter l'émission d'Isabelle Giordano qui présentait "Le livre Noir de l'agriculture" de Isabelle Saporta 

Saporta dit : "Notre agriculture ne respecte ni le pacte social qui la lie aux paysans, ni le pacte environnemental qui la lie aux générations futures, ni même le pacte de santé publique qui la lie à chacun de nous. Les ressources d’eau sont gaspillées et polluées. Nous recevons chaque jour dans nos assiettes notre dose de pesticides et autres résidus médicamenteux. L’agriculteur ne s’en sort plus, et il est injustement voué aux gémonies, lui qui n’est que le bouc émissaire d’un système qu’il subit." On ne peut être plus claire.  

Chaque jour pose la question de l'agriculture intensive, des prix accordés aux producteurs, de la qualité de ce qu'on achète, et  par extension de la faim dans le monde.

Pierre Priolet dit très bien : Pourquoi faut-il appeler Bio ce  qui devrait être la seule norme ? (Voir le chercheur de l'INRA démissionaire, qui ouvre sa gueule, et montre en plein champ ce qui se passe) :

video


Alors, pour quoi, pour qui, payer plus cher ce qui en définitive empoisonne, depuis la graine délivrée par les grands groupes "alimentaires" (mais l'est-ce bien ?) jusqu' à nos tissus imprégnés par l'air ambiant (nano-particules démontrées par l'étude ci-dessous*) et les poisons qui servent à produire en plus grand e quantité ce qu'on mange, jusqu'à l'eau qu'il faut retraiter en sortie de chaîne, jusqu'à l'océan qui est notre poubelle ?

Faisons l'expérience, donnons trois types de lait à un chat, il fonce vers le lait "bio", pourquoi ?

Alors conscients des dangers auxquels ils exposent la population agricole depuis 50 ans, l'UIPP, les profesionnels des pesticides (pas de conflits d'intérêts) agréés par l'Etat propose le label
"Certito". Formation obligatoire de deux jours déstinés à l'érgoomie des agriculteurs. Véritable bourrage de crâne des agro-industries pour labelliser les agriculteurs déjà esclaves du système capitaliste contre lequel on croit ne rien pouvoir faire, prisonniers de tout les industries les réduisant à la condition de techniciens à 95 h/semaine et à 400 euros/mois, surendettés, avec d'un côté les banques qui se gavent sur leur crédit obligé, les supermarchés qui se gavent sur leurs marges honteuses, les actionnaires des Monsanto et Pionneer qui se gavent, et nous qui nous gavons de produits préparés ou reconstitués, crevons de bouffer des biocides, littéralement qui tuent la vie :  car que trouve-ton dans la liste des phytosanitaires :
pesticides, némanticides, herbicides, rodenticides, mullosicides, fongicides, corvicides, et régulteurs de croissance (!) rebaptisés joliment produits phytosanitaires. Le reportage de Dorothée Barbat en milieu d 'émission sur le terrain auprès des agriculteurs ainsi formés est édifiant. réecouter

Haro sur les paysans, non : l'étude d'airParif "concentration en pesticides dans l'air Francilien ici en pj : 86% du tonnage provient de l'usage des particuliers en zone non-agricole entendez Mme Michu dans son jardin.
Et on parle de principe de précaution ? lisons ensemble : 

Exposition aux produits en % de cancers :
  • chez l'enfant d'agriculteur, plus forte moyenne de tumeurs cérébrales
  • chez les femmes agricultrices, malformations fœtales, avortement spontanés
  • chez les hommes, des molécules couramment utilisées comme le 2,4 D et le dibromochloropropane serait responsables de stérilité masculine. Ne cherchez pas plus loin, lisez tout, et allez acheter bio auprès d'un amap.


Il n'existe aucune réglementation sur le niveau de pesticides dans l'air ambiant.  Or, c'est de cela que l'étude parle, et c'est en cela qu'elle diffère des autres.

Toute la société des gens bien intentionnés est donc rendue dépendante d'une agriculuture intensive industrielle et chimique et arrive à un point de déséquilibre social et sanitaire qui fait qu'elle pose plus de problèmes qu'elle n'en résout.
Alors, qu'est-ce que tout cela ? Une folie suicidaire qui s'empare de l'humanité ? Non. C'est un immense terrain-de-jeu pour les actionnaires et les grands groupes financiers. Leur propos est de produire de l'argent, pas du bio, pas du vivant, pas du sain... à croire qu'ils ne mangent pas eux-mêmes et n'ont pas d'enfants...
Ils investissent d'un côté sur le marché de l'agriculture ou plus précisément dans l'industrie chimique qui se trouve en amont, et ils spéculent sur le prix mondial des denrées alimentaires de l'autre. Il y a quelque temps c'était le crédit immobilier le terrain de jeu, ça ne les intéresse plus, on sait pourquoi de l'autre côté de l'Atlantique.

J'en reviens au début de cet article. La boucle est bouclée.
Que faire ? Arrêter de voter pour ceux qui mettent ce système en place et le maintiennent en faisant mine de l'améliorer


*ETUDE D'AirPARIF
Évaluation des concentrations en pesticides dans l'air francilien : campagne exploratoire


Pour contrer la mainmise sur le vivant, source de profit, aux dépens des paysans !
POUR UNE POLITIQUE AGRICOLE AU SERVICE DE L'INTERET GENERAL de Laurent Levard (PG)

Le Monde Diplomatique : Pour un modèle agricole dans les pays du Sud de Jacques Berthelot


Isabelle Saporta auteure de « Le livre noir de l’agriculture » éditions Fayard

Pierre Priolet, ancien arboriculteur, a lancé l'opération « consommer-juste.fr » il est l'auteur de «Les Fruits de la colère » aux éditions Robert Laffont 

Sources 2007
http://www.lefigaro.fr/sciences/20070628.FIG000000081_l_air_de_paris_pollue_par_les_pesticides.html


http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/servicepublic/archives.php

http://www.naturavox.fr/climat/L-air-de-Paris

lundi 14 février 2011

Le jeu des Le Pen au grand jour


La médiacratie dans toute sa splendeur. Le débat Mélenchon/Le Pen à 08 h 30 du matin. Pareil horaire empêcha que le plus grand nombre voie l'émission en direct, mais n'empêchera pas les médias -une fois de plus- de penser à votre place et de préparer les avancées droitières du programme de Sarkozy, l'air de rien. Marine Le Pen en avançant sur les terres de la Gauche ne signe-t-elle pas sa défaite intellectuelle ?
Avant d'évoquer l'émission de BFM-TV, permettez-moi de faire d'abord une révélation. Adolescent dans les années 80, j'avais été absolument ébloui par les tribunes de M. Le Pen, avant de comprendre au fur et à mesure que ma compréhension du monde murissait que j'avais été, précisément, ébloui. Je sais donc à quel point le Front National est un illusionniste, une créature de la télévision, une boursouflure qui naît dans l'ignorance des gens et profite de leur innocence. Attention, cela fait des dégâts réels dans les mairies où le F.N a sévi par la suite. Le manque de culture civique et politique que tout bon citoyen français devrait posséder avant de voter me manquait. J'ai donc mis ma pauvre cervelle en marche et mon simple bon sens.
Vingt-cinq ans après, le 14 février 2011 de retour devant ma télévision, les médias et le pouvoir en place marionettisent, caricaturent cette fois Mélenchon, et mettent en lumière les ultra-libéraux les plus régressifs dont la France ait accouchés : les Le Pen. En 2002 déjà, TF1 et consorts avaient agité les deux épouvantails de l'extrême-gauche et de l'extrême-droite, croyant mieux légitimer le centre au pouvoir, et ça n'avait pas marché, on a eu l'extrême-droite. Courage.
Jean-Luc Mélenchon a vertement répondu très rationnellement en restant courtois, patient à l'extrême d'écouter la caricature du social-traître que Mme Le Pen s'est amusée à faire de lui. Ses propositions gênent évidemment tout le gottha bien crémeux de ceux qui s'enrichissent, en accomplissant le rêve bourgeois séculaire de gagner de l'argent en ne rien faisant.
J'ai donc vu en face de lui une extra-terrestre déguisée en fille-à-papa, Madame Le Pen, parler à « front renversé » (expression intéressante de J-J Bourdin !) du cours de l'évolution politique récente. Elle expliqua, sans s'arracher aucun cheveu, que Jean-Luc Mélenchon serait «  l'agent du système  » et le « faux-ami de ceux qu'il prétend défendre » (sic). Je fus pris de douleurs intercostales tellement c'était drôle. Le Mélenchon qui préconise un revenu maximum, qui pense que l'outil monétaire doit être re-connecté à la souveraineté populaire et au contrôle des parlementaires, celui qui avec J. Généreux érigera en principe de définanciariser les comptes publics*, des agents cachés du MEDEF ?
Cela n'aura peut-être que peu d'importance pour vous mais je peux affirmer que lorsqu'on voit vivre Jean-Luc Mélenchon dans son entourage, que l'on constate l'indignation qui le saisit quelquefois, qu'on voit sa pugnacité, la sincérité que dégage son action quotidienne et la qualité du contact qu'il a avec toute personne, du plus humble comme moi au notable, l'imaginer en social-traître relève de la science-fiction. Il aura des défauts, mas pas celui-là. 
Donc, le voilà accusé, Jean-Luc Mélenchon, d'avoir une vision « libérale » de la monnaie ? Libérale oui, au sens historique, et pas totalitaire. Là, on était déjà au degré zéro de la compréhension d'une économie socialiste. C'est ça l'intelligence de Mme Le Pen ? Elle n'a donc rien d'autre à dire pour sa défense ? On l'espérait plus fine.
Au cours de l'émission on ne fut pas plus surpris. Du marketing électoral sur l'immigration**. Et ça n'a pas changé depuis vingt-cinq ans. Du facho retoqué par une grande bourge acoquinée chez les bad-boys. Le long de cette petite heure comme depuis quelques années déjà, elle vint sur les thèmes propres aux mouvements ouvriers d'avant Jaurès ! Elle voudrait nous plonger dans la violence du XIX° siècle où, en effet les ouvriers cassaient du Rital, du Polak, parce qu'un Code du travail n'encadrait pas les salaires de ces pauvres gens qui venaient leur faire une concurrence déloyale, malgré eux. Relire Germinal ! Combien d'Italiens ont été assassinés à Marseille il y a un siècle à cause de ça ? On en est toujours là, au XXIème siècle, à cause d'une droite européenne qui s'acharne à détricoter le Code de travail. C'est pour ces raisons que le Parti de Gauche exige la régularisation de ces travailleurs pauvres. Non pas pour faire « entrer toute la misère du monde » comme dit Le Pen citant Rocard (encore !) mais pour contraindre le patronat à considérer ces travailleurs comme égaux aux autres en droits, en devoirs et en traitement. Tous ces gens ayant fui leur campagne, poussés soit par des dictatures, des guerres ou pire, par la concurrence déloyale que nos produits agricoles industriels et subventionnés par la PAC exerce sur leur production locale, viennent faire nos ménages, nos poubelles et face à des entreprises peu scrupuleuses, acceptent le travail qu'on leur donne. Ils ont des papiers d'identité, tout, mais ils attendent « Le » papier (CERFA) qui ne vient pas. Voilà ! Pratiques, corvéables à merci, utiles au patronat qui dégage des marges bénéficiaires sur leur dos et sur le nôtre, ces esclaves modernes indisposent la grande fille-à-papa. Et elle a raison, c'est écœurant ; sauf que le Front National, en vrai porte-parole de la droite du MEDEF, voudrait continuer de s'en prendre à eux en les privant de l'aide médicale. Humanisme ? Hypocrisie. Son père était borgne, elle est myope.
Le Front National n'a rien de laïque. A regarder se crisper Madame Marine, on vit bien le jeu des Le Pen au grand jour. Il est historiquement égal à lui-même lorsqu'il s'engage dans une offensive contre « l'Islam en France ». Les Conseillers régionaux du F.N votent partout des subventions prises sur argent publicaux lycées privés. Facultatives, allant au-delà de ce que préconise la loi, Ces élus anti-laïcs aggravent les inégalités sociales devant l'éducation en donnant plus à ceux qui ont déjà les moyens de placer leur gosse à l'abri de « la djihad islamique » qui hantent les cauchemars de la fille-à-papa. Laïcité du F.N ? Prosélytisme catholique caché, Opus Dei rampant, guerre de civilisations régressive. Admirateurs de G.W Bush et Samuel Huntington, bonjour.
Ouvriériste en parole, elle nous fait croire à un avenir pour les gens simples qui, en retour la croient de bonne foi. Mais en venant sans cesse sur les thèmes historiques de la Gauche, se rend-elle compte qu'elle prend acte de sa défaite intellectuelle ? Si j'étais un militant de sa mouvance, je serais furieux. Elle ne parviendra pas à faire la synthèse entre un ouvriérisme régressif doublé d'un pareil catholicisme aussi rabougri (et pas universel justement) et le Monde du travail (divers, solidaire, universaliste). Sa vision est phobique, exclusive, le bouclier fiscal à 20 % a disparu ! Elle propose de « nationaliser » des banques (!) mais seulement dans le cadre de «  sanctions  ». Antiennes de l'extrême-droite, ne gouverner qu'avec la trique, ça lui va bien à la belle blonde aux lèvres pincées qui serre les dents quand elle parle des étrangers.
Le Parti de Gauche (-comment-gouverner-face-aux-banques-) propose de re-faire des Banques des instruments publics, au service de l'intérêt général, d'harmoniser l'ensemble de l'économie européenne, de financer publiquement et souverainement le Progrès Social tout comme l'accès à la Géothermie. Ce sont des projets d'avenir à long terme qui n'ont rien voir avec le XIX° siècle où vit Mme Le Pen, c'est de conquêtes sociales majeures qu'il s'agit au P.G.
Chez elle, tout n'est que mise-à-l'écart, hiérarchisation entre les humains, primat de la nature sur la culture. A titre humain, je la plains, et je nous plains. Car elle est obsessionnelle et paranoïaque ; et à force de visiter la Gauche sur ses terres, et même chanter l'Internationale, je vais finir par croire que c'est une révolutionnaire invertie. Un jour, fatalement, elle explosera en vol. Ce sera, c'est déjà, « Le Pen de Mort »

Emission TV



**Solde migratoire

Retrouvez le tableau statistique des recensements statistiques entre 1911 et 1999, où sont détaillés les nombres d'immigrés, étrangers et Français par acquisition au sein de la population totale. 

les blogs



vendredi 11 février 2011

Le Sarko-horror-show et son thème pour 2012 : "l'Humain au cœur de notre projet"

Comme il est navrant cet exercice de communication, que dis-je, de cirque politique de bas étage qui consiste à rapprocher bien artificiellement un Président, préoccupé de dossiers, de protocoles, avec un panel de citoyens divers et pas si variés qui ne lui posent pas ou très peu de vraies questions. La France qui se lève tôt pour pointer à Pôle emploi, avec son médecin et son agriculteur, son ouvrier, il l'avait devant lui, attablée comme au bistrot.

Comme dans un bon thriller, ça a commencé très fort : Rendez-vous compte, on découpe une jeune fille en morceaux ... et le chapelet des faits divers. La petite boutique des horreurs affichait les soldes. Pour les inaugurer, un aveu "humain" (on y reviendra) du Président : Il est choqué. Nous aussi. On atteint des bas-fonds historiques.

Sauf que nous Français d'en bas, nous le regarderions comme un modèle peut-être s'il incarnait la fonction qui doit l'élever au-dessus des passions humaines particulières, car après tout, c'est le Premier Magistrat de France (n'est-ce pas ?) et nous savons qu'il a le Bouton-Rouge sous les doigts. Mais il ne s'habille chez le même tailleur qu'un De Gaulle ou un Mitterrand, peut-on le lui reprocher ? Oui.
Donc, on manie du registre émotionnel pour mieux marquer sa proximité. Attention, faudrait pas l'énerver. Le Président de la République promet que s'il y a faute il y aura sanction. Au même moment, avec ironie l'Histoire se passait ailleurs. Le honni Moubarak commençait son discours par un aveuglement qui a des allures de marque de fabrique chez les dictateurs : "Je punirai les responsables avec la plus grande sévérité"... Mais brisons-là ces velleités d'amalgame mal venues.

D'abord, je suis choqué, moi, par la remise en cause de la Justice des Mineurs. Que le sommet de l'Etat en vienne à défier ses juges* et mette en balance les adolescents des années 50 et ceux d'aujourd'hui, ça a quel sens ? Qui est responsable des jeunes, sinon la société des adultes ? C'est toujours pareil, on vient agiter, précariser, même insulter sur la dalle, aggraver les difficultés économiques, et après on envoie la police, et pour les enfants de surcroît. Nicolas Sarkozy : elle à vomir ta vision d'homme d'Etat. En as-tu seulement une ? En es tu seulement un ? Ce soir j'ai su que définitivement : Non.

Cette façon de faire accroire que les services de l'Etat -dont ta politique historiquement de droite affaiblit chaque jour les marges de manœuvre, c'est son but- pourraient rendre une copie parfaite est tellement facile et dangereuse. L'exigence ou le mythe de la perfection est une maladie mentale dont les fascismes se nourrissent, tapis au fond de ce piège classique.
C'est une posture non seulement socialement rétrograde, démagogique en puissance tu l'as prouvé tout au long de la soirée, mais pleinement régressive ; ça ! elle s'aligne bien sur la brève de comptoir du facho qui s'ignore. Choisis mieux tes amis, entre Brice et Christian de Nice... Car c'est sur le rapport à l'étranger que ta vision éclate au grand jour. On parle toujours des coupables, on ne s'intéresse pas aux victimes, était la chanson d 'hier. Celle d'aujourd'hui c'est : On se préoccupe plus de l'identité de ceux qui arrivent et pas assez de ceux qui accueillent. C'est d'ailleurs les mêmes, n'est-ce pas Mme Le Pen, les coupables, ceux qui arrivent, les victimes ceux qui accueillent. C'est simple et ça dédouane les choix politiques qui sont responsables de la faillite des gouvernements Européens. L'extrême-droite n'aurait pas dit mieux. Bravo. Tu ne fais pas de la politique de gouvernement, tu fais de la politicaillerie électorale. Silvio Berlusconi ton ami, est ton maître.

Peu de vraies questions au cours d'une soirée longuette, hélas, peut-être par intimidation, ou déférence face à quelqu'un qui parade en parlant des grands de ce monde qu'il a rencontrés la veille. J'en ai retenu une qui a été éludée de la manière la moins glorieuse qui soit. La qualité alimentaire, l'inflation des denrées alimentaires de base, l'avenir de nos campagnes. Elle émanait de ce paysan moderne du Pas-de-Calais qui fait du bio. Un type cultivé qui ne se paye pas de mots. Souviens-t'en. Il n'a pas été rassuré par ta réponse ou plutôt ta réduction des problèmes agro-alimentaires à la traçababilité ; comme n'a pas semblé rassurée la pharmacienne sur la question de la difficile insertion des jeunes au milieu des getthos de banlieue, ni l'étudiant sur la question de la privatisation de l'université, mais lui, son espoir est déjà ailleurs ; ni l'ouvrier de St Nazaire lorsque, quasi menaçant tu déclaras que nous devions continuer à "tailler des croupières à Boeing" jetant donc des employés américains au chômage, nous jetant, nous, un peu plus encore dans la guerre économique généralisée (un conseil, vends d'abord les Rafales de M. Dassault avant de nous les faire racheter et parler d'Airbus). Tout comme n'était pas franchement rassurée l'enseignante d'entendre qu'on enverrait les enfants difficiles en section spécialisées et laisser les profs travailler plus sereinement ; ni la cheffe d'entreprise Bretonne qui demande un regard moins hostile et surtout "moins de normes" ; ni la mère célibataire à qui tu annonces qu'il y aura 500 000 000 d'Euros alloués à la formation : pris sur les budgets des autres Ministères, quelle sortie !

Quel avenir alors ? Mais tu l'as dit : "Avec des crédits d'impôts vous allez pouvoir investir". Oui, nous allons pouvoir transformer notre Livret A en actions chez lexomil... secteur d'avenir avec des élus  affairistes prêts à tout, surtout servir leurs propres intérêts privés ou familiaux au passage.
Les profits du CAC 40 détenus à 43% par seulement 98 personnes explosent, mais toi, tu nous a expliqué que ...si les charges (les cotisations sociales, en français correct) écrasent les entreprises, comment-voulez-vous que les salaires augmentent ?

De ton côté, le terrain est préparé pour 2012 car tu as trahi son thème de campagne qui masquera la réalité de ton obsession permanente : ne rien laisser à moudre au FN. Nous non plus. Avant d'arriver à 2012, il faudra passer 2011. Pour mieux nous faire avaler la réalité anxiogène des politiques que tu mènes de concert avec les droites européennes, tu sors cette pilule anxiolytique à maintes reprises : peut-être cinq ou dix fois as-tu martelé les mots Humain, Humanisme, Humanité.

Et ton humanisme, tu l'as bien résumé : "Si on ne vit pas de son travail, on ne vit pas dignement... hein ?". Sommes- nous si dupes que nous t'ayons élu ?

*
Il ne faut pas exploiter les faits divers, mais la lettre à ses parents d'un Magistrat n'est pas ordinaire

mercredi 2 février 2011

Arte un documentaire sur Berlusconi et ses liens avec la mafia et la loge P2

Ce documentaire franco-Allemand diffusé sur Arte mercredi dans Thema, n'a pas été pas accessible aux internautes italiens à partir du site ARTE+7.
un internaute l'a mis en ligne.
Ce que vous avez la chance de voir ici et de comprendre, d'autres citoyens d'une soi-disant république ne l'ont pas, ce nos voisins, nos cousins transalpins, nos amis européens, n'est-ce pas ?
Que fait l'Europe, si prompte à donner des leçons de démocratie aux autres et qui n'est pas encore capable de rappeler à l'ordre un pays de sa zone euro sur les questions de droit à l'information, à la liberté.
On y voit le parcours sombre d'un dictateur drolatique, qui mène son pays au précipice après l'avoir récupéré dans le mur où il l'avait laissé quelques annes aupravant, l'Italie, pays moderne, européen, une démocratie dit-on.


Partie I




Partie II



Partie III




PArtie IV
(sur les médias et le cas de Europa 7 la chaîne interdite par Berlusconi!)